Son Excellence Monsieur le Ministre décore certains cadres du Département

Son Excellence le Ministre de l’Environnement et du Développement durable, Monsieur Amédi Camara, a décoré, vendredi 22 décembre 2017, à Nouakchott, au nom du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, de la médaille de la reconnaissance nationale, Dr Mohamed Yahya Ould Lafdal et M. Samba Syv Magha, respectivement Chargé de Mission au Ministère de l’Environnement et du Développement Durable et Délégué Régional de ce même département au niveau de la wilaya de Gorgol. Monsieur le Ministre a décoré également, toujours au nom du Président de la République de la médaille d’Honneur de première classe, M. Bokoum Bakary, Chef de Service des Forêts et des Pâturages, de la médaille d’honneur d’Honneur de deuxième classe, M. Jaafar Saika, Chef de Service de la pépinière relevant de la Grande Muraille Verte et de la médaille d’Honneur de troisième classe, M. Lemhaba Ould Dhavi, concierge au Ministère.

La cérémonie de décoration qui entre dans le cadre de la commémoration du 57ème anniversaire de l’indépendance nationale s’est déroulée en présence de Monsieur le Secrétaire Général du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable Mady Ould Taleb et de plusieurs responsables et cadres du Ministère

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accords environnementaux entre la Mauritanie et la Chine : vers l’ouverture d’un Bureau Régional de l’Académie des Sciences de Chine en Mauritanie. (Photo-reportage)

C’est une délégation de haut niveau, issue de plusieurs institutions de l’Académie des Sciences de Chine qui a séjourné en Mauritanie pendant la période du 12 au 17 avril courant, sur invitation de Monsieur le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable.

Dirigée par le professeur Enge Wang, Vice Président de l’Académie des Sciences de Chine et comprenant neuf autres hauts responsables et scientifiques affiliés à cette éminente institution de recherche du gouvernement chinois, dont Monsieur Qingfeng Wang, Directeur Général du Centre de Recherche Conjoint Sino Africain (SAJOREC), cette délégation a entamé ses activité par une audience et une réunion de travail avec Son Excellence Monsieur Amedi Camara, Ministre de l’Environnement et du Développement Durable, entouré de ses principaux  collaborateurs et en présence de Professeur Ahmedou Haouba, Président de l’Université de Nouakchott Al Asriya (UNA), avant de tenir un atelier où huit présentations ont été assurées à parité égale, entre les institutions nationales et les instituions chinoises.

Centrées sur l’Agence Nationale de la Grande Muraille Verte (ANGMV), ces activités ont été élargies à l’Université de Nouakchott Al Asrya et à l’Institut Supérieur de l’Enseignement Technologique (ISET) et ont suscité un grand intérêt chez la partie chinoise. Ces échanges ont notamment permis de partager et de discuter les voies et moyens susceptibles de garantir la réussite d’un partenariat pertinent autour des question de recherche scientifique au service de la gouvernance environnementale et du développement durable en général.

La samedi 15 avril 2017, la délégation a effectué des visites guidées au niveau de l’Agence Nationale de la Grande Muraille Verte, de l’Agence Panafricaine de la Grande Muraille Verte et de l’Université de Nouakchott Al Asrya, avant d’assister à un dîner de bienvenue offert à cet effet par Monsieur le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable.

Dimanche 16 avril 2017, la délégation a effectué une visite de terrain en vue d’une présentation des progrès enregistrés en matière de mise en place de la ceinture verte de Nouakchott.

Le même jour la délégation s’est rendu à Rosso où elle a été reçue par Monsieur le Wali de la Wilaya du Trarza, avant de regagner le domaine de l’ISET de Rosso où elle a été reçue par le Directeur de cette éminente institution, Dr. Ahmed Elhadj, entouré par les responsables des différents départements et organes de son institution.

Une présentation et une visite guidée ont été effectuées, avant de permettre à la délégation chinoise d’effectuer une brève visite sur la rive droite du fleuve où elle a constaté l’ampleur de l’invasion des cours d’eau par le Typha australis et de visiter les infrastructures de la société des bacs de Rosso.

Dans l’après midi, la mission a effectué une visite de présentation du site de Mouftah Elkheir, situé au PK 56 de Rosso et géré par l’Agence Nationale de la Grande Muraille Verte, où des explications ont également été fournies sur les activités réalisées et l’impact positif des réalisations conduites par l’Agence au niveau de ce site.

Lundi 17 avril 2017, la délégation chinoise a signé avec la partie mauritanienne deux accords. Un Mémorandum d’Entente signé avec Monsieur le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable et un engagement de principe qui a été signé du coté mauritanien par  Monsieur le Secrétaire Général du Département.

L’engagement a porté sur l’ouverture à Nouakchott, d’un bureau sous régional du Centre de Recherche Conjoint Sino Africain (SAJOREC).

Suite à la signature lors d’une cérémonie solennelle et en présence de plusieurs organes de presse, le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable, Son Excellence Monsieur Amedi Camara a prononcé une allocution à cette occasion où il a exprimé la satisfaction du gouvernement de la République Islamique de Mauritanie de voir concrétiser cet événement qui, a-t-il dit, est un aboutissement majeur et une opportunité à saisir et à capitaliser par les deux pays signataires.

Le Ministre a également réitéré son engagement résolu pour aller dans un partenariat fructueux pour les deux parties et à la hauteur des ambitions des deux peuples frères et de leurs dirigeants, espérant que le Bureau attendu de l’Académie des Sciences de Chine puisse représenter l’une des illustrations de ce partenariat qui ne manquera pas de renforcer le leadership de la Mauritanie en matière de gestion environnementale et notamment en ce qui concerne la mise en œuvre de la Grande  Muraille Verte.

Le Ministre a également réitéré son engagement résolu pour aller dans un partenariat fructueux pour les deux parties et à la hauteur des ambitions des deux peuples frères et de leurs dirigeants, espérant que le Bureau attendu de l’Académie des Sciences de Chine puisse représenter l’une des illustrations de ce partenariat qui ne manquera pas de renforcer le leadership de la Mauritanie en matière de gestion environnementale et notamment en ce qui concerne la mise en œuvre de la Grande  Muraille Verte.

La délégation chinoise qui a été accompagnée par Son Excellence Monsieur Zhang Jianguo, Ambassadeur de la République Populaire de Chine en Mauritanie et le premier Secrétaire de l’Ambassade Monsieur Zhao Yang, a été reçue en audience par Son Excellence Monsieur le Premier Ministre Yahya Ould Hadsemine.

La mission chinoise a quitté Nouakchott ce lundi 17 avril et a été accompagnée par une importante délégation du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable, dirigée par Monsieur Mady Ould Taleb, SG du Département.

MEDD COMM

La Mauritanie choisie par l’Union Africaine pour abriter la commémoration de la Journée Africaine de l’Environnent, Edition 2017:

La Mauritanie a été choisie par l'Union Africaine pour abriter le Forum et les festivités commémoratives de la journée africaine de l'environnement et de Wangari Maathai, édition 2017 qui se déroulera du 1er au 04 mars prochains.

Placée sous le Haut Patronage de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre Yahya Ould Hademine, cette manifestation qui se tient sous le thème: " La protection de l'environnement en Afrique au profit des générations actuelles et futures. Mise en œuvre de l’Agenda 2 063" réunira des Délégations venues des différentes zones du continent pour discuter de la problématique de l'environnement et de sa protection en Afrique. 

Ce sera surtout l'occasion pour la Mauritanie de partager son expérience avec les différents pays, particulièrement ses efforts de lutte contre la désertification, la Conservation de la biodiversité à travers les 3 parcs nationaux (PNBA, PND et récemment le Parc National d’Awleigatt), ses programmes de protection des zones humides et espèces animales en voie d'extinction et son programme phare de protection de la ville de Nouakchott contre l’avancée des dunes de sable.

A cela s’ajoutent les réalisations en relation avec la protection de l’environnement effectuées dans d’autres secteurs exemple : la production des énergies renouvelables dans le secteur de l’énergie, l’assainissement, la lutte contre les pollutions et l’occupation anarchique des espaces dans les milieux urbains, etc….

Plusieurs thématiques sont au programme de ces journées dont  l'ouverture officielle sera marquée par un discours de son Excellence Monsieur AMEDI CAMARA Ministre de l’Environnement et du Développement Durable.

Les deux jours du forum prévus du 01 au 02 Mars 2017 seront suivis des festivités commémoratives de la journée africaine de l'environnement et de Wangari Maathai, édition 2017 le 03 Mars 2017 au centre International des Conférences (Palais des Congrè) à Nouakchott.

Le lancement officiel de ces festivités se fera à travers le discours de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre Yahya Ould Hademine.

Il fau noter que l'Union Africaine a choisi la Mauritanie pour organiser cet important événement pour plusieurs raisons dont notamment, la stabilité du pays, ses acquis en termes d'environnement et de Développement durable, la place que la Mauritanie occupe dans la sous région ouest africaine en matière de  production des énergies renouvelables etc..

  

 

 

Le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable participe aux travaux de la 16ème session de la Conférence Ministérielle Africaine sur l’Environnement (CMAE).

Tenue entre le 12 et le 16 juin courant à Libreville au Gabon, sous le thème « Investir dans des solutions environnementales novatrices pour accélérer la mise en œuvre des Objectifs de développement durable et de l’Agenda 2063 en Afrique », la 16ème session ordinaire de la Conférence Ministérielle Africaine sur l’Environnement (CMAE) a été, comme cela a été attendu, un grand événement pour la gouvernance environnementale en Afrique.

 Dans la capitale gabonaise, le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable, Son Excellence Monsieur Amedi Camara a pris part activement aux travaux de cette session qui se sont soldés entre autres résultats, par l’adoption de la Déclaration de Libreville, en plus d’importantes décisions en relation avec les différents dossiers prioritaires pour le continent.

Ouvrant les travaux de la Conférence, le Premier ministre gabonais Monsieur Emmanuel Issoze Ngondet a indiqué « qu’il s’agit là d’un double honneur qui est fait au Gabon qui présidera, pour la période 2017-2018, les deux plus importantes instances environnementales du continent».

 

Dans son discours, le Premier Ministre a rappelé l’enjeu environnemental, notamment celui de la gestion durable des ressources naturelles dans l’intérêt de l’Afrique, s’est réjoui de la capacité de la CMAE et du Comité des Chefs d’Etat et/ou de gouvernements sur les changements climatiques (CAHOSCC), à faire converger les approches des Etats en matière climatique. «La CMAE a facilité la prééminence d’une position commune dans un milieu où, parfois, les intérêts des uns et des autres ne paraissent pas à priori facilement conciliables. La CMAE a ainsi marqué une empreinte indélébile en matière de renforcement des capacités et de résilience de l’Afrique, en matière de gestion environnementale», a déclaré  le Premier ministre.

Lors de cette importante rencontre africaine, les ministres se sont concertés sur la position africaine commune envisagée dans le cadre de la tenue de la 13ème session de la Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, qui se tiendra en Chine en septembre 2017, ainsi que de la 23ème session de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, qui se tiendra également en novembre de cette année à Bonn en Allemagne.

 

 La Déclaration de Libreville a été aussi une occasion pour les ministres africains, pour confirmer que le développement de l’économie verte en Afrique peut contribuer à l’augmentation des revenus, la création d’emplois et de richesses, l’utilisation rationnelle des ressources, l’accroissement de la productivité et à l’amélioration de la santé et de la compétitivité, tout en apportant des bienfaits sociaux et en répondant aux préoccupations environnementales.

Ils y soulignent qu’il ne peut y avoir de développement durable sans accès à des moyens de mise en œuvre suffisants, prévisibles et durables, dont le renforcement des capacités, le transfert et le développement de technologie et l’appui financier.

 Ils ont mis, en outre, l’accent sur la nécessité pour la CMAE d’élaborer une stratégie et politique pour l’égalité des sexes afin de répondre aux besoins particuliers des personnes les plus vulnérables, notamment les femmes et les enfants.

 Dans ce cadre, ils exhortent la société civile, les entreprises, les industries et le secteur privé en Afrique à s’engager, individuellement et collectivement, à faire de l’Afrique un continent exempt de la pollution et à jouer un rôle plus proactif dans la réalisation des Objectifs du développement durable.

 A cet effet, ils ont convenu de la tenue de réunions conjointes des ministres africains de l’environnement et de l’énergie pour donner des orientations politiques et stratégiques sur les solutions novatrices en matière d’environnement et d’investissement afin d’accélérer le développement des énergies propres.

 Les ministres africains ont également convenu de promouvoir dans leurs pays respectifs des stratégies axées sur l’économie circulaire, l’économie verte, l’économie bleue et la symbiose industrielle, ces modèles offrant des opportunités de promouvoir la prospérité économique et sociale tout en réduisant les déchets et la pollution.

L’accent a aussi été mis sur l’importance d’élaborer, avec le concours de la Commission de l’Union africaine, du Programme des Nations Unies pour l’environnement, de la Commission économique pour l’Afrique et d’autres partenaires, un document stratégique ayant pour but d’aider les Etats membres à reproduire et transposer à grande échelle des politiques et programmes axés sur l’économie circulaire et l’économie verte en vue de favoriser la croissance d’entreprises durables.

Dans leur Déclaration, les ministres africains demandent au Programme des Nations Unies pour l’Environnement de convoquer, en 2018, un forum interministériel de haut niveau sur l’économie circulaire en vue de promouvoir l’économie verte comme moteur essentiel de la transition économique en Afrique.

 Par ailleurs les ministres africains se félicitent des orientations en matière d’élaboration de programmes de politique générale proposées pour la septième reconstitution du Fonds d’affectation spéciale du Fonds pour l’environnement mondial, y compris les programmes destinés à lutter contre les principaux facteurs de dégradation de l’environnement.

 Ils ont également fait état de leur résolution à prendre des mesures et de créer des conditions favorables, notamment en formulant des politiques nationales de facilitation pour donner des moyens d’action à la jeunesse africaine, afin de concevoir des innovations environnementales et de développer la résilience ainsi que de créer des emplois verts et de la richesse.

 Ils encouragent également à la gestion des polluants organiques persistants des pays africains, conformément à la Convention de Stockholm en la matière et demandent au Fonds pour l’Environnement Mondial de continuer de soutenir ce processus.

 La Déclaration de Libreville note que les changements climatiques constituent un problème mondial et que nul ne doit être laissé pour compte, ainsi qu’il a été universellement affirmé à Paris et à Marrakech lorsque l’Accord de Paris est entré en vigueur le 4 novembre 2016.

 

 Le nouveau bureau de la CMAE est mandaté pour une période de deux ans et comprend des représentants pour les différentes régions du continent, à savoir la Côte d’Ivoire (pour la sous région Afrique de l’Ouest), le Gabon (Afrique centrale), l’Ethiopie (Afrique de l’Est), la Maroc (Afrique du Nord) et l’Afrique sud (Afrique australe).

 La Conférence ministérielle africaine sur l’environnement a été créée en décembre 1985 dans l’objectif, entre autres, de promouvoir l’harmonisation et la coordination des politiques gouvernementales en Afrique et améliorer la participation de l’Afrique au dialogue global sur le dossier environnemental.

 Le Ministre Monsieur Amedi Camara a présidé, parallèlement à cette rencontre, une réunion des ministre de l’environnement des pays membres de l’Agence Panafricaine de la Grande Muraille Verte (APGMV), en présence du Secrétaire Exécutif de l’APGMV et du responsable de la Commission de l’Union Africaine en charge du dossier de la Grande Muraille Verte. Cette réunion de concertation a porté sur certaines questions prioritaires dont la tenue de la prochaine session de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de cette organisation.

 Le Ministre a été accompagné lors de ce voyage par Monsieur Mohamed Yahya O. Lafdal, Chargé de Mission au Département.

Le Ministère de la Santé publie le Plan National de Gestion des Déchets Biomédicaux 2017-2021 et le Cadre de Gestion Environnementale et Sociale du projet INAYA

Dans le cadre des préparations de la mise en place d’un projet pilote sur le financement basé sur les résultats (INAYA) visant le renforcement du système de santé, financé conjointement par le Gouvernement et la Banque Mondiale, Le Ministère de la santé en collaboration avec le Ministère de l’Environnement et celui de l’Enfance, de la Famille et des Affaires Sociales  a élaboré les deux documents suivants :

1- Le Plan National de la Gestion des Déchets Biomédicaux 2017-2020 (cliquez ici pour lire ou télécharger ce document)

Il s’agit de la stratégie quinquennale du Secteur en matière de gestion des déchets de soins médicaux. Il comprend une analyse institutionnelle et les pratiques existantes en matière de gestion des déchets biomédicaux, les options potentielles pour les technologies de gestion et/ou d’élimination et le budget y afférent pour leur fonctionnement ; une évaluation du niveau de sensibilisation sur la gestion, le stockage et l’enlèvement des déchets biomédicaux (DBM) parmi le personnel médical et d'autres acteurs impliqués et d’apprécier les programmes de formation existants. Il est à noter que ce plan est le premier plan compréhensif élaboré par la Mauritanie pour la gestion et l’élimination des déchets biomédicaux, qui serait appliqué pour toutes les opérations, financés aussi bien par le Gouvernement que par les partenaires techniques et financiers.

Le plan propose la mise en place de systèmes de gestion des déchets techniquement faisables, économiquement viables, et socialement acceptables. A cet effet, il fait le point sur la situation sur le profil sanitaire de la Mauritanie, identifie les différentes étapes de gestion, les besoins en investissements spécifiques et en renforcement des capacités ainsi que les mécanismes de coordination et de suivi.

2. Cadre de Gestion Environnementale et Sociale Du projet INAYA. (cliquez ici pour lire ou télécharger ce document)

Le cadre de gestion environnementale et sociale (CGES) permet d’orienter les activités du projet de manière à ce que les questions environnementales et sociales soient prises en compte et gérées dans toutes les activités mises en œuvre. Pour cela, il s’agira d’identifier les risques associés aux différentes interventions du projet et de définir les procédures et les mesures d’atténuation et de gestion qui devront être mises en œuvre en cours d’exécution du projet. Le CGES définit le cadre de suivi et de surveillance ainsi  que  les  dispositions  institutionnelles  à  prendre  durant  la  mise  en  œuvre  du projet INAYA et la réalisation des activités pour atténuer les impacts environnementaux et sociaux défavorables, les supprimer ou les réduire à des niveaux  acceptables.

Pour éviter ou réduire ces impacts négatifs potentiels, le CGES a prévu un Plan Cadre de Gestion, Environnementale et Sociale (PCGES), incluant une procédure de sélection environnementale et sociale et la définition des responsabilités institutionnelles pour la préparation, l’approbation et la mise en œuvre des activités du projet INAYA, en tenant compte des exigences des politiques de sauvegarde de la Banque mondiale et de la législation environnementale nationale.

Son Excellence le Ministre préside à Khartoum une Session Extraordinaire du Conseil des Ministres de l'APGMV

Son Excellence Monsieur Amedi Camara, Ministre de l’Environnement et du Développement Durable a présidé mardi 7 février 2017 à Khartoum au Soudan, les travaux de la session extraordinaire du Conseil des Ministres des pays membres de l’Agence Panafricaine de la Grande Muraille Verte (APGMV).

Les travaux de cette session ont été ouverts par Monsieur Bekri Hassan Saleh, Premier Vice Président de la République du Soudan et en présence des ministres de l’environnement des pays membres de l’APGMV et de plusieurs autres représentants d’organisations statutaires, membres de l’Agence Panafricaine de la Grande Muraille Verte dont notamment la Commission de l’Union Africaine, le Programme des Nations Unies pour l’Environnement, le NEPAD et le CILSS.

 

Dans son discours à l’occasion de la cérémonie d’ouverture, le Ministre a rappelé que c’est grâce à la volonté politique des Chefs d’Etat et de Gouvernement des pays membres, qui tient en compte les intérêts de leurs populations respectives que cet engagement a été confirmé par la création, en juin 2010 à N’Djamena au Tchad, de l’Agence Panafricaine de la Grande Muraille Verte, regroupant 11 Etats membres.

Le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable conduit la délégation mauritanienne aux travaux du 3ème Forum Régional Africain sur le Développement Durable, tenu à Addis-Abeba en Ethiopie.

L’édition 2017 du Forum Régional Africain sur le Développement Durable (ARFSD) a pris fin ce vendredi 19 mai à Addis-Abeba en Ethiopie, avec la participation d’une importante délégation mauritanienne conduite par Son Excellence Monsieur Amedi Camara, Ministre de l’Environnement et du Développement Durable.

 Le Forum régional Africain sur le Développement Durable qui a été organisé conjointement par la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique, la Banque Africaine de Développement et la Commission de l’Union Africaine, s’est attelé à plusieurs questions dont la concertation sur la position commune de l’Afrique lors du Forum politique de haut niveau, qui aura lieu à New York du 17 au 19 juillet 2017, sous les auspices du Conseil économique et social des Nations Unies sous le thème «Éliminer la pauvreté et promouvoir la prospérité dans un monde en mutation».

 Son Excellence Monsieur Amedi Camara, a pris part à cette occasion, à un important panel ministériel où il a présenté l’expérience de la Mauritanie, en ce qui concerne la mise en œuvre des objectifs du développement durable, rappelant la transversalité de ces objectifs et le caractère élargi de l’engagement des parties prenantes au niveau national.

La 3ème session du Forum Régional Africain sur le Développement Durable a également élu la Mauritanie tant que président du Comité du Développement Durable de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique, pour un mandat de deux ans. Les 2ème et 3ème vice-présidents, ainsi que le rapporteur sont revenus respectivement au Mali, Zimbabwe, Burundi et Sao Tomé.

Les participants ont adopté un document final qui sera présenté lors du Forum politique de haut niveau sur le développement durable de 2017 (HLPF), qui se tiendra en juillet, à New York, sous les auspices du Conseil économique et social (ECOSOC). Ce document final traite de la volonté du continent de stimuler la croissance durable sur le continent, de créer des emplois et d’éradiquer la pauvreté sous toutes ses formes et dimensions, entre autres.

L’ARFSD, qui a eu lieu sous le thème « Assurer une croissance et une prospérité inclusives et durables pour tous » suit les progrès dans la mise en œuvre des 17 ODD qui sont au cœur de l’Agenda 2030 pour le développement durable alors que la lutte dans le monde pour éradiquer la pauvreté et promouvoir la prospérité se poursuit.

En Afrique, les ODD sont mis en œuvre simultanément et de manière intégrée avec le premier plan décennal de mise en œuvre de l’Agenda 2063, le cadre stratégique de cinquante de l’Afrique pour la transformation socio-économique qui a pour objectif d’accélérer la mise en œuvre des initiatives continentales passées et existantes pour une croissance et un développement durables.

 

Le thème de la troisième session du forum régional reposait sur un certain nombre de considérations et de tendances relatives à l’élimination de la pauvreté en Afrique. L’une des principales observations concerne la croissance économique en Afrique qui a été insuffisante pour éradiquer la pauvreté.

L’élimination de la pauvreté et la promotion de la prospérité en Afrique dépendent donc de la promotion d’une croissance inclusive et durable, ont convenu les participants sur leur document final au forum de haut niveau.

La réalisation de l’égalité hommes-femmes, l’autonomisation des femmes et la prise en compte des jeunes dans la planification et la mise en œuvre du développement sont des dimensions essentielles de l’inclusion dans la région, ajoutent-ils.

Le forum a notamment entrepris un examen approfondi de la mise en œuvre du groupe d’Objectifs de développement durable pour le HLPF de 2017 sous les sous-thèmes de l’éradication de toutes les formes de pauvreté en Afrique Mettre fin à la faim et parvenir à la sécurité alimentaire en Afrique ; Assurer une vie saine et promouvoir le bien-être pour tous ; Promouvoir l’égalité hommes-femmes et autonomiser les femmes et les filles; Renforcer les infrastructures résilientes et promotion une industrialisation et une innovation inclusives et durables ; conserver et utiliser de façon durable les océans, les mers et les ressources marines pour le développement durable.

 L’ARFSD fournit des conseils politiques, une orientation et des recommandations pour le développement durable aux États membres, y compris le suivi et l’examen des progrès dans la mise en œuvre des engagements du développement durable.

 Le Ministre a été accompagné lors de ce voyage par Messieurs Mohamed Yahya O. Lafdal et Ely Ould Oudeika, respectivement Chargé de Mission au Ministère de l’Environnement et du Développement Durable et Directeur au Ministère de l’Economie et des Finances.

 MEDD COMM

 

 

 

 

Retour sur la Journée Africaine de l’Environnement et de Wangari Maathai, Edition 2017

Belle performance pour le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable, Son Excellence Monsieur Amedi Camara, dont le Département vient de réussir l’organisation conjointe avec la Commission de l'Union Africaine, des activités commémoratives de la Journée Africaine de l'Environnement (JAE) et de Wangari Maathai, au titre de l’année 2017.

Cet important événement panafricain s’est déroulé au Centre International des Conférences de Nouakchott, du 1er au 3 mars 2017, sous le Haut Patronage de Son Excellence le Premier Ministre Monsieur Yahya Ould Hedemine et sous le thème « la protection de l’environnement en Afrique au profit des générations actuelles et futures ».

Retour sur les moments forts de cette édition.

Ouvert le mercredi 1er mars 2017 par Son Excellence Monsieur Amedi Camara, Ministre de l’Environnement et du Développement Durable, le forum pré événement a été marqué par une série d’allocutions à cette occasion.

Dans un auditorium entièrement plein, cette cérémonie a commencé par un mot de bienvenue prononcé par Madame Fatimetou Mint Abdelmaleck, Maire de Tevragh-Zeina, suivi par le discours prononcé par Monsieur Souleymane Diabaté, Représentant de l’UNICEF au nom du Système des Nations Unies en Mauritanie.

Par la suite, il a été prononcé le discours du Représentant de la Commission de l’Union Africaine M. Almami Dampha.

Venu enfin le moment d’ouverture du forum suite au discours d’ouverture par Son Excellence le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable, Monsieur Amedi Camara.

Quatre ateliers ont été tenus en salle plénière. Le 1er a porté sur les processus globaux  et le développement durable et a été présidé par Monsieur Sid’Amine O. Ahmed Challa, Conseiller du Premier Ministre.

Le 2ème a porté sur le thème : l’Afrique face au changement climatique et a été présidé par Monsieur Djibi Sow, Conseiller du Premier Ministre, alors que le 3ème a été consacré à la thématique « conservation de la biodiversité » et présidé par Monsieur Samba Harouna Thiam, Représentant du Programme des Nations Unies pour l’Environnement auprès de la Commission de l’Union Africaine à Addis Abeba.

Le 4ème atelier a concerné la Gestion durable des Terres et a été présidé par Monsieur Sidi Baba O. Lahah, Député de Ouadane et Président du Réseau des Parlementaires et Elus sur l’Environnement tandis que le 5ème atelier s’est intitulé « gestion environnementale et défis des pollutions » et a été présidé par le Professeur Saleh O. Moulay Ahmed, Président de l’Autorité Nationale de Radioprotection, de Sûreté et de Sécurité Nucléaire.

Vingt huit présentations centrées sur les cinq thèmes ont été assurées et suivi par d’intenses discussions et débats modérées.

Vendredi 3 mars les hôtes de marques de la Mauritanie ont été reçus en audience par Son Excellence le Premier Ministre qui a reçu le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable de la République du Sénégal, M. Abdoulaye Baldé ainsi que la Commissaire de l’Union Africaine chargée de l’Economie Rurale et de l’Agriculture, Madame Tumusiime Rhoda Peace et Monsieur Samba Harouna Thiam, Représentant du Programme des Nations Unies pour l’Environnement auprès de la Commission de l’Union Africaine.

Cette audience s’est déroulée en présence du Ministre de l’Environnement et du Développement Durable, Son Excellence Monsieur Amedi Camara.

Vendredi 3 mars au matin également, lancement de la cérémonie solennelle commémorative de la Journée Africaine de l’Environnement et de Wangari Maathai sous la présidence effective de Son Excellence le Premier Ministre et échange d’allocutions.

La Présidente de la communauté urbaine de Nouakchott, Madame Maty Mint Hamady a souligné, dans son mot, les grands défis environnementaux posés au continent africain, "nécessitant une action conjointe entre les divers acteurs gouvernementaux et locaux, de la société civile et du secteur privé", a-t-elle ajouté.

"Le travail visé doit s'effectuer suivant une stratégie visionnaire, efficace, participative et ambitieuse pour un avenir durable, permettant de relever les défis et de s'adapter aux changements climatiques tout en garantissant l'accès des groupes sociaux vulnérables au bien-être", a-t-elle poursuivi.

La Commissaire de l'Union Africaine chargée de l'économie rurale et de l’Agriculture, Madame Rodha Peace Tumusiime, a exprimé dans son discours, ses vifs remerciements au gouvernement et au peuple mauritaniens ainsi qu'à l'esprit de leadership du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, qui a répondu favorablement à la demande de l'Union africaine d'abriter cette présente édition, a-t-elle dit.


La tenue de cet événement s'harmonise avec les principes de l'organisation dans ce domaine et dans le cadre des efforts déployés par les femmes mauritaniennes afin de préserver l'environnement et la biodiversité, a-t-elle ajouté.


La Commission organise cette édition en hommage à Madame Wangari Maathai, pour ses efforts consentis dans le domaine de la préservation de l'environnement, a-t-elle ajouté, rappelant que l'événement est célébré chaque année dans l'un des Etats membres de l'Union africaine, en exécution de la vision mondiale sur le climat.

Les pays africains ont travaillé, à travers leurs contributions nationales à la préservation de l'environnement, a-t-elle dit, soulignant à ce propos, la portée du slogan de la Journée africaine de l'environnement africain, pour une vie digne des actuelles générations.

M. Adam Janssen, le chargé d'affaires assurant l'intérim à la Délégation de l'Union Européenne à Nouakchott, a souligné l'importance accordée par l'Union aux politiques nationales et internationales de la dimension environnementale, du développement durable, de la biodiversité et de la lutte contre les changements climatiques.

La Mauritanie peut compter sur l'appui de l'Union Européenne dans ce domaine, à travers le financement et le soutien des diverses initiatives telles que l'appui institutionnel, le renforcement des capacités des services publics et la promotion des énergies renouvelables ainsi que l'optimisation de la gestion de l'eau à la désertification et au surpâturage, les plantations d'arbres et restauration de milieux dégradés, le soutiens aux parcs naturels du banc d'Arguin et du Diawling et la protection des aires de reproduction du poisson.

Monsieur Samba Harouna, Représentant du Programme des Nations Unies pour l’Environnement auprès de l’Union de l’Union Africaine du représentant du PNUE auprès de la Commission de l’Union Africaine a exprimé sa joie de participer à la célébration de cet événement, qui dira-t-il, reflète l'engagement de l'Union africaine de faire du 3 mars, une journée de mobilisation des africains aux niveaux national et régional sur les défis environnementaux du continent.

Cette journée a été l'occasion de faire l'éloge des efforts consentis par des millions de femmes à travers le continent africain, a-t-il ajouté, affirmant que le slogan de Journée pousse à la réflexion sur la protection de l'environnement au profit des actuelles générations ainsi que pour permettre aux générations montantes de satisfaire les besoins similaires.

Le Ministre de l'Environnement et du Développement Durable Monsieur Amedi Camara a présenté dans son intervention le bilan réalisé, marqué par des pas importants franchis dans le domaine de la préservation de l'environnement, de la biodiversité et de la limitation des effets négatifs des changements climatiques.

Il a passé en revue par la suite, les traités et les accords signés et ratifiés par la Mauritanie de 1992 à 2012 à Rio, de 2002 à Johannesburg et Copenhague en 2009, à Durban en 2011, à New York en 2015 et 2016 et à Marrakech en 2016, en plus de plusieurs stratégies, politiques nationales et plans d'action élaborés dans le domaine de la préservation de la biodiversité et de l'environnement, dont la création réserves naturelles protégées, dans lesquelles vivent de nombreuses espèces vivantes.

Ladite cérémonie a été marquée par un important discours de la Mauritanie par la Commission Africaine pour abriter cette journée prononcé par Son Excellence le Premier Ministre dans lequel il a souligné que le choix du thème cette année, montre l'efficience de nos politiques en matière de protection de l'environnement et de gestion de nos ressources naturelles.

Son Excellence le Premier Ministre a précisé que la bataille pour l'environnement doit être collective et trans frontière surtout que les facteurs qui induisent les déséquilibres environnementaux et les conséquences qui s'ensuivent sont des facteurs planétaires globaux et requièrent des efforts devant être l'objet de concertation et de coordination non seulement au niveau africain mais aussi au plan international.

Il s’agit là d’une opportunité pour pays africain d'évaluer le bilan de ses engagements pris dans chaque domaine de la protection de l'environnement et du développement durable.

Son Excellence le Premier Ministre a précisé que grâce à ces politiques, le secteur de l'environnement jouit désormais d'un cadre stratégique, institutionnel et juridique riche et intégré considéré actuellement parmi les plus développés de la région.

Son Excellence le Premier Ministre a par la suite inauguré l’exposition des stands. Une visite guidée sur l’aire d’exposition des stands où 42 départements, organismes et compagnie ont présenté et partagé des informations sur leurs expériences et leur exercice de la gestion environnementale.

Les participants ont par la suite, visité des sites d'énergies renouvelables dont le parc éolien Cheikh Zayed pour l'énergie solaire, à Tevragh-Zeina, où ils ont suivi des explications sur la production en énergie propre.

Les délégations ont visité par la suite le projet de résilience des villes côtières avec les changements climatiques et pris connaissance des travaux de réhabilitation du cordon dunaire protégeant la ville de Nouakchott contre les inondations avant de regagne le site du parc éolien de Nouakchott situé sur la route de Rosso.

Au niveau du bloc 7 de la Ceinture Verte de Nouakchott (Parcelle de l’Union Africaine), les participants ont procédé à des opérations de reboisement et ont pris connaissance des efforts de fixation biologique des dunes de sable.

Dans une intervention sur la chaine de Télévision publique TVM, le Ministre de l'Environnement et du Développement Durable de la République du Sénégal, M. Abdoulaye Baldé, a mis en exergue l'intérêt de l'environnement pour la survie de l'être humain. Il a ajouté que la Mauritanie et le Sénégal ont plusieurs similitudes au plan environnemental et partagent plusieurs ressources naturelles.

Le Ministre a enfin apprécié l'expérience mauritanienne dans la recherche des énergies alternatives et la préservation des énormes ressources maritimes.

Notons que la Mauritanie n'a été notifiée officiellement par la Commission de l’Union Africaine de son choix pour abriter cette commémoration qu’en fin du mois de janvier 2017.

MEDD COMM

 

 

 

 

 

Rideaux tirés sur la COP 22 de Marrakech : suite et fin des activités de la délégation mauritanienne (Photoreportage)

Clôturée le vendredi 18 novembre, cette 22ème session de la CCNUCC a été marquée par une très active participation mauritanienne.

Lors des trois derniers jours, cette délégation conduite par le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable, Son Excellence Monsieur Amedi Camara, a intensifié ses activités tout en maintenant le même niveau initial de coordination et de présence.

Parallèlement à sa participation aux travaux de l’Africa Action Summit qui s’est tenu au Palais des Congrès de Marrakech, sous la Présidence du Roi du Maroc et

République Islamique de Mauritanie
Ministère de l'Environnement et du Développement Durable
B.P : 1666, 2222 Nouakchott - Mauritanie

 

Ce site a été développé avec le soutiens de REPSAHEL - Amélioration de la résilience des populations sahéliennes aux mutations environnementales

© 1997 - 2015 tous droits réservés
Ministère de l'Environnement et du Développement Durable